samedi 18 janvier 2014

Pensées du soir... bonsoir!

Hier, j'ai croisé un ami qui me dit m'avoir aperçu la semaine dernière dans un supermarché et ajoute:" Oui les deux filles courraient devant et le seul que tu semblais maintenir un peu c'est le petit dans le chariot!"
Quel jugement! Je n'ai réussi qu'à bredouillé un truc du genre "oui, surement, si elle courraient c'est que je les avaient autoriser..."

Je n'ai pas réussi à répondre clairement, à protéger mes enfants d'une fausse étiquette qui leur tombait dessus. Je me suis  sentie jugée  dans mon rôle de mère, une mauvaise mère qui ne "tient" pas ses enfants, celle qui ne peut pas aller faire des courses sans que ses enfants mal élevés crient, se roulent par terre et courent partout...

J'aurais aimé répondre que je ne vois pourquoi j'aurais dû étouffer la joie de mes enfants en les obligeant à marcher près de moi alors que la fréquentation du magasin était faible. "Pourquoi doit-on maintenir à tout prix les enfants?"

De plus, je ne me souviens pas de ce moment précis. Ce n'est donc pas un moment où je me suis sentie dépassée par l'énergie des mes enfants ou par ma fatigue. ce n'est pas un moment où leur énergie débordait. Elles devaient être quelques mètres devant moi et peut être en train de sautiller mais elles étaient nullement en train de faire une course de caddies au rayon porcelaine fine!!!

Je suis attristée de la place que l'on accorde aux enfants dans la société. Au droits, d'être des enfants, d'être plein de joie et gaieté. Cela fait écho à cette femme qui quelques heures plus tard le même jour, m'a crié dessus quand je lui ai demandé de lâché Miss Marmotte qui venait de sortir de la bibliothèque et qu'elle voulait faire rentrer de force ainsi qu'à l'article que j'ai précédemment partagé sur  facebook . Pourquoi les parents devraient laisser leur enfants tranquilles? Oui j'estimais parce que je connais ma fille qu'il n'y avait pas de danger qu’elle reste 2 minutes à l'extérieur de la bibliothèque. Et NON, je ne comptais pas la laisser "crever" (ce sont ses mots) sur la voie publique!

Je rêve d'un monde bienveillant où chacun aurait appris à exprimer ses émotions et serait capable de regarder l'autre non pas avec indulgence mais avec bienveillance. Un regard qui soutient, encourage , acquiesce l'écoute, la parole et non les coups, les réprimandes, les contraintes physiques. Un regard joyeux. Des pensées compréhensives, des pensées qui accompagnent...

Se rappeler quand nous sommes responsable d'une scène qui nous interpelle que c'est juste un instant dans la vie de ses personnes, qu'il y a un avant et un après.

Que la maman qui s'énerve à besoin d'aide  et d'écoute  mais pas d'un jugement hâtif! (Douces pensée pour toi Marie des Friches) 
Que l'enfant qui s'énerve à besoin d'être entendu, compris dans sa demande intérieur, ce n'est pas un enfant coléreux ou capricieux mais juste une enfant qui a faim, qui est fatigué ou qui a besoin de calme. 

Et si ma prochaine résolution était de ne plus juger moi aussi et de ne me plus me dévaloriser face aux jugements  en laissant chacun responsable de sa parole?

Bon, ma prochaine lecture va sûrement être Les quatre accords Toltèques de Don Miguel Ruiz

4 commentaires:

  1. J'ai bien ri en lisant ton article ...J'adopte ta résolution, à bientôt, à la Source ou ailleurs .... Marie des friches

    RépondreSupprimer
  2. Si j'ai fait rire une personne, tant mieux! je rumine encore cette conversation! Oui à Très bientôt j'espère!

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ce post ! Il fait tellement écho à certains commentaires qu'on entend sur notre petit bout de ... 3 mois et demi (et oui, déjà!). Hier, un voisin : "ah oui ben dis donc... on l'entend votre gamin" (mais dit avec plus de jugement que de tendresse). Et oui, on laisse notre nourrisson s'exprimer, que se soit de bonheur ou parfois de frustration ! Eva

    RépondreSupprimer
  4. très beau billet
    tes rêves sont les miens

    RépondreSupprimer

J'aime beaucoup lire les petits mots laissés ici: